Le deuxième album de Nai-Jah « Masquerades », porté par le chanteur franco-nigerian Mahakwe Wadike, est sorti le 15 mars.

Profondément ancré dans le reggae jamaïcain, « Masquerades » nous invite dès les premières notes à entrer dans l’univers du groupe. Amenant une énergie nouvelle grâce aux influences afro et cajun, Nai-Jah s’est employé à abolir les frontières et à bousculer les codes du genre. Remplaçant la basse par un soubassophone, instrument phare de la musique à la Nouvelle-Orléans, et ajoutant des sonorités issues de la musique traditionnelle Igbo, Nai-Jah crée un son unique. Sur scène, entre énergie débordante et mélodies fédératrices, le groupe prend toute sa dimension, posant les bases, année après année, d’un univers riche et conscient.

En se servant de leurs chansons comme armes pacifiques, le groupe s’attache à élever les consciences sans agressivité et tente de réunir les gens dans une même communion musicale pour abolir les frontières et mieux ouvrir les cœurs et les esprits. Et quand ils dénoncent ces «Masquerades» auxquelles nous sommes confrontés chaque jour, ce n’est qu’à seule fin de transformer, ne serait-ce que pendant quelques instants, le quotidien de ceux qui les écoutent en leur donnant un peu de bonheur et beaucoup d’espoir !

Crédit photo : Romane-G

Nai-Jah – Masquerades – Mars 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *